Prochain Match :
18/11/2017 - 20h45
NAC Breda - Ajax
Eredivisie
| Calendrier |
Dernier match :
05/11/2017 - 14h30
Ajax - FC Utrecht
1 - 2
Eredivisie
Match Suivant   Match Précédent
0 - 1
Ajax   Slavia Prague

Lieu : Amsterdam ArenA
Date : 15/08/2007 - 20h30
Statut : Terminé
Spectateurs : 30 092
Compétition : Ligue des Champions - 3e tour préliminaire - aller
Saison : 2017/2018
Arbitre : Florian Meyer
Buteurs :
76' 0-1 Kalivoda (P.)

Ajax
Stekelenburg
Colin
Stam (C.)
Heitinga
Vermaelen
Gabri
Suarez (72' Urzaiz)
Emanuelson
Kennedy
Huntelaar
Rommedahl (82' Sarpong)
Entraîneur :
Henk ten Cate
Cartons Jaunes Cartons jaunes :
10' Vlcek
24' Colin
25' Heitinga
74' Stekelenburg
94' Senkerik

Slavia Prague
Vaniak
Tavares
Svec
Brabec
Krajcik
Janda (86' Belaid)
Senkerik
Vlcek (90' Gaucho)
Drizdal
Suchhy
Kalivoda (79' Volesak)
Entraîneur :
Karel Jarolím

Résumé :

Il y a comme un air de déjà vu et un parfum danois qui plane sur ce match… Il fait en effet furieusement penser au match retour contre le FC Copenhague la saison dernière. La participation de l’Ajax à la Ligue des Champions est donc en grand danger après cette défaite inutile et choquante, à domicile qui plus est, contre le Slavia Prague : 0-1. Les amstellodamois n’ont pas franchement bien joué, et ça en dit long sur la qualité de l’adversaire en face quand on sait que l’Ajax s’est procuré au moins cinq ou six énormes occasions de but. Aucune n’a été transformée (dont même un penalty !) alors que le football pratiqué n’était pas franchement convaincant. Heureusement que ce n’était que le match aller. Ce serait un scandale que l’Ajax se fasse éliminer par cette équipe du Slavia, vice-champion de République Tchèque au budget 13 fois inférieur à l’Ajax… Au moins, le FC Copenhague était franchement plus talentueux que le Slavia.

La grosse interrogation avant le match était de savoir comment Henk ten Cate allait gérer le départ de Wesley Sneijder au Real Madrid, sans parler de l’absence prolongée d’Edgar Davids. L’entraîneur ajacide a en fait choisi Gabri et Maduro en tant que milieux défensifs, et Luis Suarez en tant que n°10. La dernière recrue ajacide, qui disputait là son premier match avec l’Ajax, a admis après le match qu’il n’avait pas joué à ce poste “depuis ses 10 ans”. Kennedy, plus habitué à jouer à ce poste, était quant à lui sur l’aile gauche, alors que c’est plus le poste de Suarez (qui avait généralement le même rôle que Ryan Babel au FC Groningen).

Bref, un choix surprenant de la part de Ten Cate, mais cela n’a pas semblé poser de problèmes à ses joueurs. Dans un Amsterdam ArenA assez vide, la trame du match s’est vite révélée : les Tchèques campaient devant leur surface de réparation, en attendant éventuellement une opportunité de contre. Pendant ce temps, l’Ajax, visiblement nerveux, si ce n’est peureux, attaquait prudemment, et un peu maladroitement.

Pourtant, en première mi-temps, on n’aurait pas dit que l’Ajax allait passer une sale soirée. Le Slavia se contentait uniquement de défendre, mais même pour cela, on ne peut pas dire qu’il soit très brillant. Même un Ajax peu crétif a su se créer trois ou quatre grosses occasions en 45 minutes. Heitinga trouve par exemple le poteau à la 11e minute. Cinq minutes plus tard, Emanuelson côté gauche délivre un excellent centre au second poteau. Suarez est là, à 4 mètres des cages, mais il rate sa reprise et le but vide… Le ballon rebondit en fait devant le but avant de passer au-dessus de la transversale. Une occasion incroyable, mais ce ne fut pas la seule. Après cela, Suarez trouvera le petit filet suite à un corner de Kennedy, et à 10 minutes de la pause, Huntelaar frappe un coup-franc superbement dévié par le gardien adverse.

Pas mal d’occasions donc, comme contre le FC Copenhague. La seule différence : l’Ajax avait super bien joué contre les Danois, et là, ce n’était même pas le cas. Le jeu des lanciers avait l’air naïf et prévisible. Et même si l’opposition était médiocre, l’Ajax ne se procurait principalement des occasions que grâce à des coups d’éclats individuels ou sur des erreurs des défenseurs adverses, mais pas parce que l’équipe faisait ce qu’elle voulait.

De son côté le Slavia ne s’est créé qu’une seule occasion en 45 minutes, mais il faut avouer qu’elle était très dangereuse. A la 31e, Petr Janda a tenté une frappe dans un angle serré mais elle fut belle et bien cadrée, si bien qu’il a fallu un excellent réflexe de Maarten Stekelenburg pour éviter le but.

En seconde mi-temps, l’Ajax avait l’air encore plus craintif, si bien que le jeu a bien failli se limiter à du kick’n’rush de base. A l’heure de jeu, Suarez a montré qu’il n’avait pas seulement l’air d’être très bon techniquement en faisant probablement le comédien dans la surface : alors qu’il allait déborder son défenseur, celui-ci le retient par le cou et Suarez s’écroule. L’Uruguayen a certainement exagéré la faute, et n’a en tout cas pas caché sa joie lorsqu’il a entendu le coup de sifflet de l’arbitre. Sa joie fut de courte durée : Huntelaar frappe un penalty médiocre, si bien que le gardien tchèque le repousse. Il y a une justice dirons certains. A ce moment là, on voyait bien que l’Ajax était en fait vraiment pas en réussite et que tout effort serait encore vain…

Et pourtant, quelques minutes plus tard, Suarez a encore une énorme occasion : il se retrouve seul face au gardien, mais Vaniak parvient à ralentir la frappe du nouveau n°16 de l’Ajax. L’Uruguayen poursuit la balle mais un défenseur parvient à la dégager quelques centimètres avant la ligne.

A la 73e minute, on atteint le sommet du scénario catastrophe, sans surprise pourrait-on dire tellement c’était prévisible : le Slavia récupère la balle au milieu de terrain et Janda fonce vers le but en traversant la moitié de terrain de l’Ajax… pour s’effondrer au premier contact avec Emanuelson à peine entré dans la surface. C’est encore plus douteux que l’action de Suarez, mais l’arbitre reste assez logique en sifflant là-aussi un penalty. Mais cette fois, il n’y a pas de justice : le penalty est bien frappé par David Kolivoda : 0-1, 76e. Un désastre…

Henk ten Cate a alors fait la seule chose qu’il pouvait: faire rentrer sa tour de contrôle, en la personne d’Ismael Urzaiz. Le vétéran espagnol, qui faisait là ses débuts avec les amstellodamois, a gagné tous ses duels aériens. Il y avait enfin quelqu’un pour récupérer tous les ballons balancés dans la surface. Mais cela n’a rien changé : l’Ajax avait perdu le match.

Cela aurait aussi bien pu se terminer sur un 2-1, 3-1, voire 4-1 ou plus, mais l’Ajax n’aurait pas convaincu pour autant face à un adversaire pourtant faible, éliminé à ce stade de la compétition à cinq reprises sur cinq participations. Peu de joueurs se sont véritablement distingués : Luis Suarez s’est montré très prometteur mais a cruellement manqué de réalisme et Kennedy Bakircioglü a montré de belles choses malgré avoir joué sur l’aile gauche. Le meilleur ajacide fut certainement Thomas Vermaelen, héros malheureux contre Copenhague (but contre son camp décisif…), mais qui s’est montré serein, sans faille et bon passeur.

Henk ten Cate a refusé d’être pessimiste après le match : « Nous sommes un peu déprimés pour le moment, mais ce n’est pas fini. Si nous avions seulement converti une ou deux de nos occasions ce soir, on aurait pu voyager à Prague en toute confiance. Nous aurons nos chances là-bas, c’est certain. » Cédric (Source : Ajax USA)

Site non-officiel - www.ajaxenfrance.com - Tous droits réservés - © Ajax en France 2000-2017