Prochain Match :
24/08/2017 - 20h45
Rosenborg BK - Ajax
Ligue Europe
| Calendrier |
Dernier match :
20/08/2017 - 14h30
Ajax - FC Groningen
3 - 1
Eredivisie
Match Suivant   Match Précédent
3 - 1
Ajax   Brøndby IF

Lieu : Amsterdam ArenA
Date : 24/08/2005 - 20h30
Statut : Terminé
Spectateurs : 39 057
Compétition : Ligue des Champions - Troisième tour préliminaire
Saison : 2017/2018
Arbitre : Markus Merk
Buteurs :
44' 0-1 Elmander
50' 1-1 Babel
80' 2-1 Sneijder
88' 3-1 Sneijder

Ajax
Vonk
Trabelsi
Grygera
Escudé (C.)
Emanuelson
De Jong
Maduro
Boukhari (62' Sneijder)
Pienaar (82' Galasek)
Rosenberg (90' Heitinga)
Babel
Entraîneur :
Danny Blind
Cartons Jaunes Cartons jaunes :
08' Maduro
31' Nielsen
78' Agger
87' Rosenberg

Brøndby IF
Ankergren
Rytter
Nielsen
Lantz (81' Daugaard)
Lorentzen (57' Kamper)
Retov
Skoubo
Elmander
Sennels
Agger
Jørgensen (72' Absalonsen)
Entraîneur :
Michael Laudrup

Résumé :

Il y avait beaucoup de choses en jeu lors de ce match disputé à l’Amsterdam ArenA. La réputation, la fierté, mais surtout, un bon paquet de millions d’euros. Le vainqueur de cette confrontation entre l’Ajax et Brøndby gagnait 3,5 millions d’euros rien que pour la qualification pour la phase de groupe de la Ligue des Champions. Et c’est sans parler des recettes ultérieures que ceci va engendrer : ventes de tickets, droits télés, récompenses de l’UEFA, etc… La qualification était donc d’une importance capitale pour l’Ajax. Après un match crispant et une sérieuse frayeur en première mi-temps, l’Ajax est soulagé, cette victoire 3-1 est plus que suffisante pour assurer la qualification. Cela rappelait les désastres européens contre le Maccabi Tel Aviv, le FC Bruges, ou plus lointain, le FC Copenhague. L’Ajax semble avoir une sérieuse tendance à se dérober lors des matchs les plus capitaux….

Tout semblait pourtant allait de travers pour l’Ajax en première mi-temps. L’équipe était anormalement faible. Les visiteurs danois étaient plus solides, physiquement plus costauds, et plus précis avec leurs passes. C’était en fait Brøndby qui jouait le football à une touche de balle, mais en jouant essentiellement en contre-attaque. L’Ajax semblait nerveux et incertains. Que devaient faire les joueurs ? Essayer de marquer ou attendre les danois, qui devaient au moins marquer un but ? Le résultat était une équipe désordonnée, incapable d’aligner trois passes d’affilés, sans inspiration ni créativité.

Danny Blind avait pourtant aligné la même équipe qu’il y a deux semaines, lors du match aller. Boukhari était encore une fois préféré à Sneijder, mais cette fois ci, ce fut le principal problème de Blind en première mi-temps : « Nous n’arrivions pas à trouver un joueur démarqué. A mon avis, cela devait être le rôle de Boukhari, mais il n’avait pas la balle assez souvent. » Certainement une façon plus diplomatique pour dire qu’il fut nul et jamais dans le match. Il ne fut jamais dominateur, et même quand il avait la balle, il ne faisait pas grand chose de constructif.
Boukhari n’était sûrement pas le seul coupable : les passes de Nigel de Jong furent de piètre qualité, Rosenberg s’est durement battu mais était isolé et n’a jamais fait la différence, tandis que Ryan Babel avait l’air de jouer avec des sabots. Il n’avait pas le contrôle du ballon et n’a quasiment jamais passé son adversaire, Thomas Rytter. Résultat : l’Ajax ne s’est pas créé de véritable occasion pendant les 45 premières minutes.
Pendant ce temps, la confiance de Brøndby augmentait de minutes en minutes. Les danois, supportés par 2 500 personnes, faisaient taire l’ArenA en prenant le contrôle du match. Après une alerte plus que sérieuse à la 26eme minute (Elmander profite de l’absence de la défense pour battre Vonk, mais Trabelsi sauve son camp sur la ligne), les visiteurs ont obtenu ce qu’ils voulaient à la 44eme minute, lorsque Nigel de Jong perdit bêtement la balle. S’est alors ensuivit une contre-attaque parfaitement menée par Brøndby, impliquant Morten Skoubo, et permettant à Johan Elmander, ancien joueur de Feyenoord qui plus est, d’ouvrir le score : 0-1.

La situation était alors très critique : Brøndby était qualifié et on voyait mal comment cet Ajax là pouvait redresser la barre….

C’est pourtant cet Ajax là qui est revenu sur le terrain en seconde mi-temps, Danny Blind a gardé confiance en ses joueurs, en espérant que les choses changeraient radicalement, rapidement. C’est en fait ce qui s’est produit, grâce à deux moments décisifs.
Le premier fut l’un des rares moments d’inspiration de Ryan Babel, l’un des joueurs les plus faibles de la soirée. Cinq minutes après la reprise, il reçoit le ballon à l’extérieur du coin gauche de la surface de réparation, et opte pour le moyen le plus court pour trouver le but : un rapide décalage vers le centre suivi d’une frappe à ras de terre qui passe au ras du poteau gauche du gardien adverse. Un but « à la Babel » en somme, et qui signifie qu’à ce moment là, l’Ajax est à nouveau virtuellement qualifié.
Le second moment décisif fut le choix de Danny Blind de remplacer le décevant Nourdin Boukhari par Wesley Sneijder, qui a prouvé qu’il avait appris à gérer la frustration d’être sur le banc. Sneijder apporta au milieu de terrain de la créativité, de la confiance, et un jeu de passe plus dangereux. C’est comme s’il avait mieux fait jouer l’équipe entière : Escudé et Grygera contrôlaient désormais Skoubo et Elmander, tandis que le nombre de montées offensives de Trabelsi et Emanuelson augmentèrent. Les passes devinrent plus rapides, plus fluides, plus précises. Il y avait plus de mouvements, l’Ajax commençait enfin à ressembler à l’Ajax….

Cependant, le nombre d’occasions ne fut pas très important. Le gardien Ankergren eut quelques difficultés à repousser une frappe de Maduro (52’) et a dû dévier une frappe de Steven Pienaar au dessus de la barre transversale (61’). De Jong (67’) et Markus Rosenberg se procurèrent également des occasions, et c’est à peu près tout. Du côté de Brøndby, il faut note rune seule contre-attaque sur le côté gauche, donnant lieu a une bonne frappe dangereuse d’Elmander, bien sauvée par Hans Vonk (72’).
En fait, le second but de l’Ajax ne fut pas marqué sur une réelle occasion, mais encore sur une belle frappe de l’extérieur de la surface. Sneijder a salué sa meilleure performance depuis de nombreux matchs d’une superbe frappe du pied gauche qui s’est terminée dans la lucarne. A dix minutes de la fin, ce fut une libération, mais l’Ajax n’était toujours pas à l’abris : un but de Brøndby et c’était repartit pour 30 minutes de prolongations. Mais les visiteurs semblaient à bout de force. Ils avaient beau toujours essayer d’aller de l’avant, ils n’avaient plus l’espoir et l’énergie de la première mi-temps. Quelques minutes après que Rosenberg ait manqué le 3-1 en ratant un face à face, une rapide contre-attaque de l’Ajax et une parfaite passe en profondeur de Maduro permis a Wesley Sneijder d’inscrire un doublé, en plein cœur de la défense danoise : 3-1, game over.

Après le match, l’entraîneur de Brøndby et ancien joueur de l’Ajax, Michael Laudrup, eut ces mots : « Pour être honnête, l’Ajax a mérité sa victoire grâce à la seconde mi-temps. Aussi, un club avec le statut de l’Ajax à sa place en Ligue des Champions. »
De belles paroles qui ne font qu’augmenter le respect envers Brøndby de la part du club comme des supporters amstellodamois, qui se sont en général très bien entendus avec les visiteurs danois en centre-ville. Cependant, l’Ajax devra être plus sévère pour son autocritique. Lors des 180 minutes de jeu contre Brøndby, l’Ajax n’a imposé son jeu que pendant 45 minutes. La mission est accomplie, mais on ne peut pas dire que ce fut avec brio. En jouant comme ça, il n’y aura pas de miracles en Ligue des Champions, même si l’Ajax est dans le pot 2 pour les tirages de la phase de groupe. Un seul adversaire du groupe aura un meilleur coefficient UEFA, contrairement aux deux dernières saisons où l’Ajax était dans le pot 3, mais cet indice n’a pas une grande valeur sportive, comme l’ont démontré le Maccabi Tel Aviv ou le FC Bruges ces dernières saisons…

“C’est très important pour le club” déclara Danny Blind. « D’un point de vue financier, évidemment, mais aussi pour les joueurs. Ils auront à jouer six matchs européens au plus haut niveau. Cela va les faire progresser. Nous n’avons pas l’illusion que nous pouvons gagner la Ligue des Champions. Ce sera un apprentissage pour nous. J’ai dit depuis le début que mes ambitions avec cette équipe de l’Ajax ne peuvent s’accomplir en une semaine de temps. Ce sera plus long. » Cédric (Source : Ajax USA)

Site non-officiel - www.ajaxenfrance.com - Tous droits réservés - © Ajax en France 2000-2017