Prochain Match :
18/11/2017 - 20h45
NAC Breda - Ajax
Eredivisie
| Calendrier |
Dernier match :
05/11/2017 - 14h30
Ajax - FC Utrecht
1 - 2
Eredivisie
Match Suivant   Match Précédent
4 - 1
Ajax   Feyenoord

Lieu : Amsterdam ArenA
Date : 04/02/2007 - 12h30
Statut : Terminé
Spectateurs : 50 490
Compétition : Eredivisie
Saison : 2017/2018
Arbitre : Dick van Egmond
Buteurs :
20' 1-0 Sneijder
32' 2-0 Sneijder
34' 3-0 De Mul
42' 3-1 Charisteas
87' 4-1 Sneijder

Ajax
Stekelenburg
Ogararu
Heitinga
Vermaelen
Emanuelson (61' Lindenbergh)
Gabri
Sneijder (C.)
Davids
De Mul (86' Rosales)
Babel
Leonardo (73' Perez)
Entraîneur :
Henk ten Cate
Cartons Jaunes Cartons jaunes :
35' Greene
48' Emanuelson
50' Davids

Feyenoord
Timmer
Greene (72' Castelen)
Lucius
Vlaar
Bahia
Buijs
Schreuder (46' Derijck)
De Guzman
Vincken
Charisteas
Huysegems (77' Van Hooijdonk)
Entraîneur :
Erwin Koeman

Résumé :

Il y a quelques semaines, la lutte pour le titre semblait déjà finie. Le PSV avait 11 points d’avance sur l’Ajax, semblait quasi-imbattable et fonçait vers un troisième titre de champion d’affilée. Depuis, la situation a quelque peu changé : le PSV s’est incliné sur le terrain de Roda JC puis, samedi soir, le leader s’est incliné à domicile 2-3 contre AZ. Et grâce à cette victoire 4-1 lors du « Klassieker », le PSV a perdu plus de la moitié de son avance sur l’Ajax en une semaine. L’écart entre le PSV et l’Ajax est du coup réduit à 5 points (tout de même), mais surtout, le club d’Eindhoven est démystifié : l’aura d’invincibilité qui entourait l’équipe à disparu. L’Ajax revient donc dans la course à point nommé pour le retour d’Edgar Davids.

Le vétéran de 33 ans a joué dès le début du match en formant un milieu de terrain également composé de Gabri (à droite) et Wesley Sneijder («n°10 »). Davids est arrivé en forme, déterminé et a provoqué les plus grosses acclamations du public. Cependant, on a aussi vu qu’il n’avait pas joué un vrai match en intégralité depuis plusieurs semaines : ses passes étaient parfois imprécises, il a perdu la balle quelques fois et au final, il n’a pas marqué le match de son empreinte. Mais Edgar Davids reste toujours Edgar Davids : le « Pitbull » est toujours un guerrier et la lutte avec son adversaire direct, Danny Buijs, a été assez âpre… Mais malgré des moments parfois houleux, les deux hommes se sont tout de même quittés en se serrant la main.

Henk ten Cate, l’entraîneur amstellodamois, était satisfait des débuts de sa deuxième et derrière recrue de l’hiver : « Cela faisait un moment qu’Edgar n’avait pas joué 90 minutes. Je lui ai demandé s’il voulait sortir mais il a insisté pour finir le match. Edgar est une force motrice : il coachait et parlait. Les autres joueurs ont répondu à cela. »

La présence d’Edgar Davids n’était pas le seul fait remarquable de cette équipe de l’Ajax. L’autre gros sujet de discussion était la mise sur le banc de Klaas-Jan Huntelaar. Le héros indiscuté de la saison dernière et le meilleur buteur du club en championnat jusqu’à ce match n’a pas du tout participé à la rencontre. Babel a donc joué avant-centre et c’est Leonardo qui a pris l’aile gauche contre son club formateur. « Klaas Jan est un petit peu moins en forme, » a expliqué Ten Cate après le match. « Babel et Huntelaar sont tous les deux des internationaux néerlandais, et cette fois j’ai choisi Babel. Nous somme chanceux d’avoir ces deux joueurs pour le poste d’avant-centre. Je pense que Ryan a bien joué, il a fait deux passes décisives. »

Enfin, le troisième changement majeur dans cette équipe était la charnière centrale, composée par un duo inhabituel en raison de la suspension de Jaap Stam pour accumulation de cartons jaunes et la blessure de Zdenek Grygera, blessé (jusqu’à 4 semaines d’absence). Ten Cate a choisi la solution à laquelle on pouvait s’attendre (John Heitinga et Thomas Vermaelen) et qui a aussi eu le résultat attendue : l’Ajax ne fut pas vraiment sûr en défense, surtout lors des premières minutes du match, dominées par Feyenoord, et lors desquelles l’ancien ajacide Angelos Charisteas a eu une occasion parfaite pour ouvrir le score et refroidir l’ArenA. Après une passe en profondeur de Jonathan de Guzman qui a pris en défaut la défense amstellodamoise, le Grec a en effet vu sa frappe sortir en corner via les gants de Stekelenburg puis le poteau. Sur le corner qui a suivi, la tête de Ron Vlaar a manqué le cadre de peu mais ce fut la dernière occasion de Feyenoord pour un long moment. L’Ajax a ensuite pris le contrôle et s’est créé quelques occasions mineures sur des frappes d’Emanuelson et Sneijder, mais en fait, les 20 premières minutes de ce Classique furent plus ou moins équilibrées.

Tout a basculé lorsque l’Ajax bénéficia d’un coup franc après une faute sur Davids, bien au-delà des 16,5m. Wesley Sneijder le frappa et son tir, dévié par le mur, a complètement pris Timmer en contre-pied : 1-0. Un but chanceux donc, mais qui n’empêcha pas l’ArenA d’exploser de joie et qui donna beaucoup de confiance aux Lanciers, à l’inverse des joueurs de Rotterdam, visiblement déboussolés. En moins d’un quart d’heure, ils ont encaissé deux autres buts et ont été définitivement mis K.O..

Wesley Sneijder a d’abord doublé la mise du gauche grâce à un excellent travail de Babel sur le flanc gauche (32’) puis moins de deux minutes plus tard, De Mul inscrivait le plus beau but de la journée, après encore un bon travail de Babel. Emanuelson (qui a eu du mal face à Tim Vincken, le très bon ailier droit de Feyenoord) envoya la balle en avant et Babel la récupéra en battant Serginho Greene avec ses armes typiques : sa puissance physique et aérienne, son opportunisme et son accélération. L’avant-centre ajacide, retenu dans le dos avec tous les moyens possibles par Greene, a alors réussi à s’approcher de la surface de réparation puis à passer pour De Mul. Après un passement de jambe sur Vlaar pour s’ouvrir la voie du but, De Mul expédia superbement le ballon des les filets de Timmer pour marquer le 3-0 (34’). L’ArenA était vraiment en fête, Feyenoord prêt à être massacré et Greene recevait un carton jaune pour l’ensemble de son œuvre sur l’action du but.

Le meilleur ajacide à ce moment ? Tom de Mul était excellent, Ryan Babel était très bon (mais on notera avec un certain amusement que c’est sur le flanc gauche que l’avant-centre a le plus brillé…), mais les deux meilleurs joueurs étaient des milieux de terrain : Gabri, le moteur de l’Ajax pour ce match, fut magnifique, alors que Sneijder fut la superstar de ce Classique. Il a fait un super match, et ce n’est peut-être pas bien dur à expliquer : cela faisait peut-être bien plus d’un an que l’Ajax n’avait pas joué avec le classique n°10 qui faisait la particularité de son 4-3-3. Le retour d’Edgar Davids a aussi marqué le retour du n°10. Sneijder avait deux excellents pitbulls derrière lui et avait ainsi le rôle qu’il préfère, en jouant directement derrière l’avant-centre sans avoir à se préoccuper des tâches défensives. Peut-être que Huntelaar aurait mieux joué que ces derniers temps en ayant Sneijder en soutien…

Lors des dernières minutes de la première mi-temps, Feyenoord avait l’air d’une équipe qui allait subir une énorme débâcle, mais quelques minutes après que Leonardo ait testé une nouvelle fois Henk Timmer, le quatrième but de cette spectaculaire première mi-temps fut marqué de l’autre côté du terrain. Urby Emanuelson était absent, Vermaelen n’avait pas marqué correctement Tim Vincken qui n’eut ensuite aucune difficulté à déborder le défenseur belge pour centrer. A la réception : Angelos Charisteas, qui ne manqua pas cette occasion de réduire le score et devint du même coup le sixième joueur (et premier étranger) à marquer à la fois pour Feyenoord et l’Ajax lors d’un Classique. Même si ce fut un but un peu sorti de nulle part, il était tout de même mérité à la vue de l’entame de match de Feyenoord.

La seconde mi-temps fut d’une qualité plus qu’acceptable, mais néanmoins beaucoup moins excitante que la première. L’Ajax ne dominait plus largement le match, peut-être tout simplement parce que ce n’était plus nécessaire. De leurs côtés, les rotterdamois ont fait tout ce qu’ils ont pu, mais c’était insuffisant. Ils ont certes encore eu un peu de malchance (Charisteas a trouvé une nouvelle fois le poteau à la 72e), mais plus que tout, ils n’avaient pas suffisamment de qualités pour mettre l’Ajax en difficulté. Cette équipe de Feyenoord n’est pas une grosse équipe aux Pays-Bas. Tim Vincken et Angelos Charisteas ont bien joué, mais que dire de la défense et du milieu de terrain… L’Ajax est tout simplement une meilleure équipe de football, actuellement.

L’Ajax a eu les occasions en seconde mi-temps pour corser lourdement l’addition, à l’instar de De Mul ou mieux encore : Gabri. L’Espagnol, grâce tout d’abord à une talonnade de Sneijder, s’est créé une superbe occasion en toute fin de match, mais il a une nouvelle fois montré que ses talents de finisseur n’étaient pas à la hauteur de son dynamisme et de ses tacles. Sneijder lui est largement supérieur dans ce domaine, comme il l’a prouvé en reprenant calmement une frappe déviée de Perez pour marquer son triplé et son 13e but de la saison en championnat (87e). La saison dernière, l’Ajax avait perdu les deux éditions du Classique lors du championnat régulier, mais depuis, les ajacides se sont largement vengés : lors des play-offs en avril, l’Ajax à démoli Feyenoord 7-2 sur l’ensemble des deux rencontres, et cette saison, cela fait 8-1…

Le commentaire de « l’Homme du Match » : « Je n’avais pas encore marqué dans un classique, donc j’ai pensé à faire ça correctement aujourd’hui, » a dit Sneijder. « C’était bien de jouer avec Edgar Davids, mais ce n’était pas juste lui. Gabri a fait un match fantastique. Grâce à leur travail au milieu je pouvais tout le temps combiner avec les attaquants. Je peux vous le dire : c’est vraiment superbe de jouer avec deux footballeurs comme eux derrière soi. »

L’Ajax et AZ ont redonné un minimum de suspens à cette saison, surtout qu’AZ – Ajax et PSV – Ajax sont encore à jouer. L’Ajax va devoir continuer de gagner, surtout lors deux prochains matchs contre des sérieux candidats à la relégation : ADO Den Haag et Excelsior. Après cela, le programme sera bien plus dur... Cédric (Source : Ajax USA, Ajax.nl)

Site non-officiel - www.ajaxenfrance.com - Tous droits réservés - © Ajax en France 2000-2017