Prochain Match :
24/09/2017 - 14h30
Ajax - Vitesse
Eredivisie
| Calendrier |
Dernier match :
20/09/2017 - 18h30
SVV Scheveningen - Ajax
1 - 5
Coupe KNVB

Retour aux articles

Baby Boom

Onze Mondial | Janvier 2003 | N°168 | 2,90€

Après trois saisons noires, l'Ajax a retrouvé son identité et des couleurs.
Porté par une génération de "bébés" surdoués et insouciants couvée par Ronald Koeman, le club d'Amsterdam affole à nouveau l'Europe avec un jeu toujours spectaculaire et attractif.
Un football total et sans limites.

DE NOS ENVOYÉS SPÉCIAUX À AMSTERDAM, FRÉDÉRIC HAMELIN ET ÉRIC RENARD.

Il y a des Pères Noël partout! Bonnet rouge sur la tête, écharpe blanche autour du cou, ils se promènent dans les rues d’Amsterdam, à pied ou en vélo, le long des canaux gelés. Mais eux n'ont pas de hotte sur le dos. Non, pour transporter leur cadeau, ils n'ont besoin que de leur cœur. Ce cœur où bat à jamais un amour éternel pour leur club, leur passion. Et sur chaque morceau de laine qui les protège du froid, il éclate: "Forever Ajax!" Pour toujours, oui, éternel Ajax qui, dépassé dans la course au surarmement européen, accusant un déficit de 25 millions d'euros, est encore là à agacer et terrasser les géants du Vieux Continent par la seule qualité de ses joueurs et de son équipe, véritable mosaïque ethnique (lire encadré). David Endt, historien ajacide, explique le phénomène: "Pendant trois saisons, pour nous être rêvés invincibles, après notre victoire en Champion’s League en 1995, et reniés en adoptant une politique de vedettes à cause d'une entrée en bourse très lucrative, nous avons coulé". Et alors? "Zorro Koeman est arrivé!" "Ni héros, ni sorcier", façonné sur le terrain puis sur le banc du... Barça, par Johan Cruijff et Louis van Gaal, les deux glorieux architectes de la maison "Rouge et Blanche", le penseur de cet Ajax du troisième millénaire la joue humble. " Pour revenir, il nous a fallu retrouver notre naturel, notre identité ! J'ai simplement remis au goût du jour les valeurs traditionnelles du cru: jeunesse et football total!" Admiratif, Richard Witschge, de retour dans son club formateur, pense un peu autrement: "Par sa personnalité et son expérience, Ronald nous a donné confiance. Il suffit qu'il regarde un joueur dans .les yeux pour avoir une influence sur lui". Pour le jeu, la touche Koeman s'appelle: "Réalisme!"

Les effets n'ont pas traîné, les victoires non plus, avec, au bout de la saison passée, un nouveau doublé national. Maintenant, toujours leaders du Championnat néerlandais, les Lanciers, insouciants et spectaculaires, imposent leurs énormes qualités techniques et physiques en Champion’s League. Là, au début, ils ont joué les étonnés. Le premier tour franchi, ce sont eux qui étonnent et détonnent, capables de tenir en échec Valence au Mestalla (1-1, avec un but espagnol inscrit dans le temps additionnel), et de s'amuser de la Roma à l’Arena (2-1). Pour Ronald Koeman, en faisant appel aux forces vives du club, extraordinaire centre de formation, il ne pouvait en être autrement. "Je leur demande de jouer comme ils l'ont toujours fait." Et la nouvelle "Baby génération" surdouée, entourée des "vieux" Witschge et Litmanen, s’éclate, repoussant à chaque fois ses limites. Rafaël van der Vaart (19 ans), le "nouveau Dennis Bergkamp" au pied gauche magique, et Nigel de Jong : (17 ans), "bâti sur le modèle Edgar Davids", entrés dès leur plus jeune âge en terre d’Ajax, sortent déjà de l'anonymat des compétitions néerlandaises. Issu de l’Ajax Cape Town, le club filial sud-africain, le milieu offensif Steven Pienaar (20 ans) emprunte le même chemin prometteur. Placés devant, profitant à merveille de ce jeu direct et spectaculaire, le jeune international suédois Zatan Ibrahimovic (21 ans), élégant et efficace, et l'Egyptien Ahmed Hossam "Mido" (19 ans), buteur prolifique, ont eux dépassé ce cadre. Et ils apparaissent déjà sur le carnet des grands recruteurs étrangers.

Et pour vivre ou survivre, face à la réalité économique, l’Ajax devra, une fois encore, sacrifier l'un des deux sur le marché des transferts l'été prochain. Mais avant, il sera peut-être allé au bout d'un rêve fou, au sommet de l'Europe. Et qu'importe demain, une nouvelle pépite aura sûrement jailli des entrailles de l’Ajax pour continuer à faire briller ce club à nul autre pareil au firmament du football et dans le cœur de ses supporters. Ces Pères Noël d’Amsterdam qui enluminent la ville de rouge et de blanc, couleurs éternelles...

La tour de Babel

L'Ajax Amsterdam nouvelle version présente une incroyable image de la mondialisation du football. On trouve en effet parmi les vingt-sept joueurs de l'effectif professionnel, seize nationalités. Les Néerlandais, au nombre de sept, restent les plus nombreux. Venus de "petits pays", pour un coût évidemment moindre, on trouve à leurs côtés deux Roumains, dont Cristian Chivu, le jeune (22 ans) capitaine, deux Finlandais, dont Jari Litmanen, qui a refusé un salaire et se contente des primes de match pour l'amour de son club, deux Brésiliens, un Tunisien, un Norvégien, un Suédois, un Egyptien, un Grec, un Marocain, un Ghanéen, un Tchèque, un Australien, un Sud-Africain, un Belge et un Américain. Un ensemble très cosmopolite dont la moyenne d'âge est de 23 ans et 4 mois !

Retour aux articles

Site non-officiel - www.ajaxenfrance.com - Tous droits réservés - © Ajax en France 2000-2017