Prochain Match :
01/10/2017 - 14h30
sc Heerenveen - Ajax
Eredivisie
| Calendrier |
Dernier match :
24/09/2017 - 14h30
Ajax - Vitesse
1 - 2
Eredivisie
Match Suivant   Match Précédent
2 - 2
Feyenoord   Ajax

Lieu : De Kuip, Rotterdam
Date : 11/11/2007 - 12h30
Statut : Terminé
Spectateurs : 42 500
Compétition : Eredivisie
Saison : 2017/2018
Arbitre : Frank De Bleeckere
Buteurs :
28' 1-0 Van Bronckhorst
52' 1-1 Rommedahl
67' 1-2 De Jong
74' 2-2 De Guzman

Feyenoord
Timmer
Lucius
Hofland
Bahia
De Cler
Lee (69' Slory)
De Guzman
Sahin
Van Bronckhorst
Bruins (78' Wijnaldum)
Makaay (50' Mols)
Entraîneur :
Bert van Marwijk
Cartons Jaunes Cartons jaunes :
11' Van Bronckhorst
13' Vertonghen
15' Suarez
21' De Guzman
29' Sahin
74' Heitinga
81' Maduro

Ajax
Stekelenburg
Ogararu (69' blessure)
Van der Wiel (64' De Jong)
Heitinga
Vertonghen
Gabri
Maduro
Emanuelson
Suarez (46' Kennedy)
Huntelaar (C.)
Luque (46' Rommedahl)
Entraîneur :
Adrie Koster

Résumé :

Pour la première fois depuis le 27 mars 1994, le Klassieker (« Classique » en français), qui met aux prises naturellement Feyenoord et l’Ajax, était une confrontation entre le premier et le deuxième du classement. Cette édition fut l’une des plus serrées et divertissantes depuis bien longtemps. Ce match avait tous les ingrédients qui rendent le football excitant à regarder. L’Ajax n’a certes pas gagné cette fois (2-2), mais on peut tout de même affirmer que les amstellodamois peuvent être considérés comme les vainqueurs de cette deuxième édition du « Super Week-end », ou « Super Dimanche » dans ce cas précisi : la rencontre entre le PSV et AZ s’est également soldée par un match nul (1-1), si bien que l’Ajax conserve la tête de l’Eredivisie.

Dans un stade chaud bouillant où s’étaient rassemblés plus de 42 000 supporters avec de grosses attentes, Feyenoord a tout de suite démarré de façon agressive. Les ingrédients du Klassieker étaient réunis, mais contrairement aux précédentes éditions, Feyenoord étaient de retour parmi les trois grosses écuries du pays. Cette saison, on savait d’avance qu’il serait fort peu probable que cette équipe subisse une cinquième humiliation d’affilée face à son grand ennemi d’Amsterdam. Personne donc ne pensait que ce serait encore facile pour l’Ajax, et de fait, ce ne le fut pas du tout.

Avec Gabri (de retour après un match de suspension) et Urby Emanuelson (revenant de blessure) au milieu, ainsi que John Heitinga et Gregory van der Wiel en défense centrale, l’Ajax savait que les joueurs locaux allaient démarrer furieusement, ce qu’ils ont fait. Roy Makaay a ainsi eu une occasion dès le début du match lorsque toute la défense ajacide, en train de remonter, se fit surprendre par une passe en profondeur « aveugle » après une récupération de Feyenoord suite à dégagement pas très propre de la défense amstellodamoise. Il a fallu un tacle d’urgence de George Ogararu pour dévier le ballon en corner. Une action un peu à l’image de la première mi-temps, finalement globalement dominée par Feyenoord.

L’Ajax ne fut pas écrasé ou surclassé durant les 25 premières mi-temps, mais il était clair que Feyenoord était plus déterminé, plus puissant dans les duels et surtout, avait gagné la bataille du milieu de terrain, où seul Gabri arrivait à être à la hauteur de la détermination de ses adversaires, notamment Jonathan de Guzman et Giovanni van Bronckhorst. Il ne fut en tout cas pas surprenant que le plus gros danger venait de Feyenoord, déjà parce que la fragilité du secteur défensif reste le problème majeur d’Adrie Koster. Il faut dire que la retraite de Jaap Stam et la blessure de Thomas Vermaelen ne l’aident pas, mais toujours est-il que la défense ajacide rajoute toujours un peu de piment dans les matchs et laisse place au spectacle. Ca laisse ainsi l’occasion à Maarten Stekelenburg de s’illustrer, comme sur une tentative de Makaay à la 17e, ou aux adversaires de montrer leur maladresse (Van Bronckhorst, 22e).

De l’autre côté, l’Ajax fut menaçant quelques fois, mais il n’y avait guère que Luis Suarez de vraiment dangereux. Le but de Feyenoord ne fut en tout cas pas surprenant, et souligna que cette équipe est bien plus talentueuse que ces dernières années par la qualité de la construction du but. Luigi Bruins, côté gauche, centra pour Roy Makaay dans la surface qui passa aussitôt en retrait pour Giovanni van Bronckhorst, dont la frappe instantanée ne laissa aucune chance à Maarten Stekelenburg : 0-1, 28e, et une explosion de joie à la hauteur de la frustration accumulée par les supporters de Feyenoord lors des 4 dernières éditions du Klassieker.

Pendant une dizaine de minutes, l’Ajax perdit franchement le contrôle de la partie. De Guzman mit Stekelenburg à rude épreuve sur une grosse frappe et Sahin ne fut pas loin non plus de marquer. L’Ajax a cependant sorti la tête de l’eau en fin de première mi-temps, Henk Timmer a par exemple dû intervenir sur une tentative de Luis Suarez, mais à la pause, l’avance de Feyenoord était certainement méritée.

Qu’a donc fait Adrie Koster durant la mi-temps ? A la surprise générale, il a remplacé ses deux ailiers, Albert Luque et Luis Suarez, ce dernier étant l’ajacide le plus dangereux de la première mi-temps. Il est apparu plus tard que ce n’était pas un choix tactique mais plutôt disciplinaire, puisque la radio et la télé ont affirmé qu’il y avait eu une bagarre entre Luque et Suarez, ce que Koster n’a pas vraiment démenti à la fin du match : « Je dois admettre que quelque chose s’est passé durant la mi-temps et c’était quelque chose qui ne pouvait être toléré. Nous discuterons de cet incident en privé. » Dennis Rommedahl et Kennedy Bakircioglü en ont donc profité en rentrant dès le début de la seconde mi-temps.

De son côte, Feyenoord a aussi dû remplacer son joueur le plus dangereux : Roy Makaay eut un choc avec John Heitinga avant la pause et la 50e minute, il a dû renoncer à continuer la rencontre et à la perspective de marquer éventuellement son 300e but contre l’Ajax. Le vétéran Michael Mols, formé à amsterdam, le remplaça.

Rommedahl et Mols ne suscitent pas forcément un grand enthousiasme chez les supporters de leurs clubs respectifs, mais ces deux joueurs jouèrent un très grand rôle lors de la spectaculaire seconde mi-temps. Deux minutes après la sortie de Makaay, l’Ajax égalisa sur une belle action : après un bon travail, Gabri lance Rommedahl sur la gauche. L’ailier danois centre pour Huntelaar à l’entrée de la surface et vient récupérer le ballon en tirant instantanément : la frappe enroulée se loge sous la barre transversale et laisse l’ancien gardien réserviste de l’Ajax Henk Timmer de marbre : 1-1, 52e. Ce n’était que le premier but encaissé à domicile par Feyenoord en championnat cette saison.

Cette égalisation juste au retour des vestiaires a semblé faire très mal à Feyenoord. Les joueurs locaux avaient besoin d’un peu de temps pour s’en remettre, mais l’Ajax ne fut évidemment pas très coopérant. Pour la première fois, on sentait en fait que l’Ajax pouvait marquer un but décisif et la crainte quasi tangible des supporters de Rotterdam se matérialisa à la 67e minute : le coup-franc dévié de John Heitinga fut mal dégagé par De Guzman, ce qui permit à Siem de Jong d’ajuster une frappe croisée parfaite qui se logea au pied du montant droit : 1-2. Le jeune milieu de terrain n’était sur le terrain que depuis trois minutes, en remplacement de Gregory van der Wiel, blessé. Adrie Koster avait prit un risque en se passant de Luque et Suarez, mais il a finalement triomphé grâce à ses remplacements.

Le Kuip était alors à nouveau plein de frustration, de rage, mais surtout de peur. L’Ajax avait encore l’air d’être l’équipe qui allait empocher les trois points. Les amstellodamois auraient d’ailleurs pu plier l’affaire juste après le but de De Jong, lorsque Huntelaar se retrouva face à Timmer grâce à une excellente passe de De Jong. Mais ce n’était pas le jour du buteur ajacide et sa frappe passa à côté, et elle ne fut pas suffisamment ratée non plus pour que Rommedahl qui était là puisse pousser la balle au fond.

Feyenoord restait donc toujours dans la partie et ils ont commencé à pouvoir assiéger les ajacides lorsqu’ils furent réduits à 10 : George Ogararu ne put être remplacé après avoir été sonné par un choc puisque Koster avait déjà dû faire ses 3 remplacements. Il restait donc 20 minutes à tenir et cela s’annonçait comme une bataille excitante mais très difficile.

Malheureusement, la bataille fut rendue encore plus difficile par une décision arbitrale très discutable. L’arbitre belge Franck De Bleekere, l’un des hommes les moins compétents sur le terrain, estima qu’il y avait penalty lorsque Michael Mols s’effondra dans la surface devant Hedwiges Maduro à la 72e minute. Le pauvre Maduro n’a rien à se reprocher pour le coup : il n’a fait que suivre Mols qui, au mieux, aurait perdu l’équilibre après avoir tapé le protège-tibia de Maduro avec son talon. Une véritable aubaine. Luis Suarez avait en tout cas reçu un carton jaune pour simulation après un contact bien plus évident, à défaut d’être répréhensible. Mais c’était certainement la récompense de l’Uruguayen pour l’ensemble de son œuvre depuis le début de la saison…

Penalty donc, le quatrième concédé par l’Ajax cette saison. Et ce fut donc le quatrième penalty repoussé par Maarten Stekelenburg, puisqu’il fut sur la frappe de Lucius. Seulement, cette fois, l’héroïque portier ajacide n’a pas pu empêcher l’égalisation car c’est De Guzman qui a surgit le premier pour récupérer le ballon et il a ainsi pu fusiller Stekelenburg avant d’aller chambrer de façon maladroite (…) les supporters de l’Ajax : 2-2, 74e.

En supériorité numérique, Feyenoord n’avait plus qu’à tenter d’arracher la victoire maintenant. L’Ajax était sous pression et tenir n’était désormais que le seul objectif des amstellodamois. Et il faut dire qu’ils ont bien empêché Feyenoord de se créer des occasions (Huntelaar en ayant même une bonne), jusqu’à la dernière minute… Tout d’abord, Emanuelson, après avoir fait une bonne interception, fit une véritable offrande à Feyenoord, si bien que Slory se retrouva tout seul au point de penalty. Heureusement, l’attaquant de Feyenoord s’est ridiculisé en ratant complètement sa frappe. Une minute plus tard, dans les arrêts de jeu, Slory a l’occasion de se racheter en se retrouvant à nouveau tout seul face à Stekelenburg, mais cette fois, il décroise trop sa frappe ! On peut se demander comment il a fait pour ne pas cadrer au moins une seule de ces occasions, mais l’Ajax ne va pas s’en plaindre puisque le score en resta là.

Feyenoord fut donc globalement l’équipe dominante, mais d’un autre côté, les points auraient pu être dans la poche de l’Ajax dès la 70e minute car ce sont bien les amstellodamois qui ont le plus souffert des décisions arbitrales erratiques. L’Ajax est cependant le vainqueur moral de ce Klassieker, préserve son invincibilité et est définitivement l’équipe la plus satisfaite de ce « Super Dimanche ».

Adrie Koster : « Ce fut un match très fascinant, un Klassieker qui avait tout. Les deux équipes ont eu l’opportunité de gagner aujourd’hui. Certains joueurs étaient clairement impressionnés par l’environnement. A la mi-temps, j’ai dit que nous devions défendre en laissant moins d’espace et que nous devions jouer de façon plus agressive. Feyenoord aurait pu gagner sur la fin, mais au final, je suis satisfait de ce résultat. »
L’Eredivisie va maintenant prendre une pause de deux semaines puisqu’il laisse place aux éliminatoires de l’Euro 2008. Les Pays-Bas auront par exemple l’occasion de d’obtenir leur ticket pour l’Autriche et la Suisse s’ils battent le Luxembourg. Le prochain match de l’Ajax aura lieu à l’ArenA le dimanche 25 novembre contre le Vitesse. Cédric (Source : Ajax USA, Ajax.nl)

Site non-officiel - www.ajaxenfrance.com - Tous droits réservés - © Ajax en France 2000-2017