Prochain Match :
20/09/2017 - 18h30
SVV Scheveningen - Ajax
Coupe KNVB
| Calendrier |
Dernier match :
17/09/2017 - 14h30
ADO Den Haag - Ajax
1 - 1
Eredivisie
Match Suivant   Match Précédent
0 - 2
Ajax   Espanyol

Lieu : Amsterdam ArenA
Date : 30/11/2006 - 20h45
Statut : Terminé
Spectateurs : 41 248
Compétition : Ligue Europe - Phase de groupe
Saison : 2017/2018
Arbitre : Paolo Bertini
Buteurs :
36' 0-1 Pandiani
78' 0-2 Corominas

Ajax
Stekelenburg
Ogararu
Grygera
Heitinga
Vermaelen
Gabri (72' De Mul)
Maduro (46' Vertonghen)
Sneijder
Roger (46' Mitea)
Rosales
Huntelaar (C.)
Entraîneur :
Henk ten Cate
Cartons Jaunes Cartons jaunes :
44' Ogararu
55' Velasco
63' Hurtado
73' Costa
88' Vertonghen
93' Heitinga

Espanyol
Iraizoz
Lacruz
Jarque
Chica
Hurtado
Velasco
Corominas (88' De la Peña)
Costa
Moha (79' Riera)
Pandiani
García (72' Zabaleta)
Entraîneur :
Ernesto Valverde

Résumé :

Les malheurs de l’Ajax continuent… Les amstellodamois n’ont pas gagné lors de leurs cinq derniers matchs, n’ont marqué qu’un seul but pour sept encaissés, et surtout, ont rarement su se procurer une véritable occasion de marquer lors de ces 400 dernières minutes de football. Ce match à domicile contre le RCD Espanyol n’a donc pas été le tournant que l’Ajax espérait. « La loi de Murphy est entrée en effet à l’Ajax, » a commenté Henk Ten Cate, l’entraîneur de l’Ajax.

L’Ajax fait beaucoup parler en ce moment aux Pays-Bas, et c’est peu que de le dire : les problèmes disciplinaires de Sneijder et Perez, la chute soudaine de forme de l’équipe et par conséquent les mauvais résultats, les nombreux cartons jaunes et rouges…. L’Ajax fait les gros titres mais pourrait s’en passer. Surtout que la veille du match, le journal De Telegraaf publiait en une un article sur Kenneth Perez. Il y était notamment mentionné les nouvelles sanctions possibles pour insulte raciste : suspension de cinq matchs et 12 000 € d’amende au minimum selon le plus grand journal néerlandais. Le procureur de la KNVB était toujours en train d’étudier le dossier, mais Ten Cate a préféré laisser Perez au repos pour le match, le joueur étant visiblement tourmenté avec cette affaire. « Ce n’est pas rien de faire le gros titre en une du journal, avec toutes les sanctions possibles listées, » a expliqué Ten Cate. « Ceci a été la discussion de la journée lors de notre entraînement. Nous avons regardé comment il gérait cela, et ça n’allait pas bien. Ses enfants et sa famille en souffrent logiquement aussi. Ce n’est pas juste qu’on parle autant de lui, c’est hors de proportion. » Ten Cate estime que son joueur, bien que fautif, ne doit pas être traité comme une exception : « J’ai été joueur et entraîneur pendant un moment aux Pays-Bas, et personne n’a jamais levé le drapeau pour moi. Je souhaite que cela soit puni à chaque fois que cela se produit. »

L’Ajax n’était pas seulement privé de Perez : Jaap Stam (blessé) et Urby Emanuelson (suspendu), probablement les deux meilleurs joueurs de ce début de saison, étaient également absents, tout comme Babel, qui se remet doucement de sa longue blessure. Ten Cate a donc dû être inventif pour ce match et il a présenté une formation en 4-4-2, avec Rosales et Huntelaar (capitaine) en attaque et Ogararu et Vermaelen en défenseurs latéraux. Roger était également titulaire, contre un de ses anciens clubs, au poste de milieu gauche : sa première apparition lors des 8 derniers matchs de l’Ajax.

Quand au match en lui même, il ne fut pas très excitant du point de vue de l’Ajax, ce qui commence à devenir une habitude ces derniers temps. En première mi-temps, l’Ajax a bien essayé de marquer, mais les ajacides n’ont jamais eu l’air d’être en mesure de pouvoir le faire. En théorie, ce match devait être le plus difficile du groupe pour les espagnols, mais en pratique, les joueurs adverses ont dû être agréablement surpris. Ils n’ont jamais été sous pression et n’avaient qu’à rester en place pour repousser les longues balles de l’Ajax. Les seuls faits marquants pour l’Ajax furent deux coup-francs de Sneijder qui n’eurent de dangereux que l’allure…

L’Espanyol était bien regroupé en défense, en attendant patiemment et calmement son moment. Il arriva à la 36eme minute de jeu, lorsqu’un joueur de l’Espanyol ne rencontra aucune résistance de la part de la défense rouge et blanche sur le flanc gauche et pu centrer pour la tête de Walter Pandiani qui ne laissa aucune chance à Stekelenburg. C’était la première véritable occasion des barcelonais, mais ce but semblait inévitable, à tel point que l’arbitre ne fut pas seul à siffler la fin de la première mi-temps….

Pour débuter la seconde mi-temps, Henk ten Cate fit rentrer Nicolae Mitea et Jan Vertonghen. Mitea rentra à la place de Roger, loin d’être le plus mauvais de la première mi-temps, mais l’espagnol avait reçu un choc à la tête juste avant la mi-temps qui l’empêchait de continuer la partie. Mitea a quelque peu animée la partie, il a tout du moins essayé de faire quelque chose… Il a au moins passé son adversaire de temps en temps, mais malheureusement, ses centres furent comme souvent peu précis. La même chose peut être dite de Tom de Mul, rentré à la 72e minute de jeu, alors que l’Ajax repassait dans un véritable 4-3-3, avec De Mul, Huntelaar et Mitea en attaque et Rosales au milieu.

Les rares occasions de l’Ajax vinrent de coups de pied arrêtés, ce qui illustre le manque de créativité actuel de l’équipe. Pendant un moment, peu après l’heure de jeu, on a cru que l’Ajax allait enfin donner un peu de fil à retordre aux espagnols, comme sur une bonne tête de Gabri (par ailleurs auteur d’une très bonne première mi-temps) qui passa tout près du montant, ou sur une bonne frappe lointaine de Vertonghen déviée en corner.

Ceci dit, les contre-attaques espagnoles étaient toujours plus dangereuses que celles d’un Ajax peu inspiré, lent et imprécis. Il était évident que les amstellodamois n’allaient jamais réussir à marquer, et à 20 minutes de la fin, un second but ne semblait qu’une question de temps pour les Espagnols. La contre-attaque décisive arriva en fait à la 78e minute, encore du flanc gauche. Stekelenburg réussit à dévier le centre pour empêcher Pandiani d’inscrire un doublé, mais c’est Ferrán Corominas qui récupéra le ballon avant Wesley Sneijder et trompa finalement Stekelenburg : 0-2. Le match était alors définitivement plié, même si Grygera aurait pu réduire le score quelques minutes plus tard, la frappe du Tchèque étant repoussée par le poteau. A ce moment là, les supporters étaient déjà plus intéressés par ce qui se passait en France, et plus exactement à Nancy, où Feyenoord était humilié 3-0 et où certains « supporters » de Rotterdam avaient réussi à faire interrompre le match pendant plus d’une vingtaine de minutes. Mais les problèmes de Feyenoord ne permettaient pas pour autant aux amstellodamois de fanfaronner….

« Il est évident que nous connaissons une grosse baisse de régime, » a commenté après le match un Henk ten Cate remarquablement calme. « A présent, nous devons nous rassembler, renforcer nos arrières et travailler dur pour retrouver la forme. »

Cette défaite n’élimine pas pour autant l’Ajax, les amstellodamois sont même toujours en bonne position pour se qualifier pour les seizièmes de finale. Le Sparta Prague a en effet gagné contre l’Austria Vienne 0-1 et a maintenant le même nombre de points que l’Ajax (4), mais l’Ajax doit encore jouer un match et a une meilleure différence de buts. Seule une défaite contre Zulte Waregem par quatre (ou 5 ?) buts d’écart éliminera l’Ajax. « Nous irons en Belgique pour une victoire, » a déclaré Ten Cate. « Malgré tout, je pense que nous avons plus qu’un pied dans le prochain tour et je ne pense pas que Zulte Waregem va nous battre par quatre buts ou plus. »

C’est certainement vrai, mais il n’y a pas de quoi être satisfait ou soulagé pour autant. Le Groupe F est peut-être bien le plus faible de cette phase de groupe de la Coupe de l’UEFA. Une troisième place ne serait en rien une fierté, surtout que l’Ajax est censé être tête de série. De plus, le football est complètement oublié dans l’histoire, l’Ajax est actuellement une équipe pathétique. Mais dans ces moments là, cela semble être une coutume, il y a toujours Willem II qui pointe le bout de son nez dans les moments difficiles pour s’écrouler et remettre l’Ajax sur les rails. Peut-être que l’histoire se répétera, mais quoi qu’il arrive, il est temps que l’Ajax se réveille... Cédric (Sources : Ajax USA, Ajax.nl )

Site non-officiel - www.ajaxenfrance.com - Tous droits réservés - © Ajax en France 2000-2017